Tests Tracker d'activité

Notre test de la Suunto Spartan Sport Wrist HR : la meilleure des Suunto ?

L’efficacité du suivi de fréquence cardiaque dans une montre intelligente multisport

A première vue, la montre Suunto Spartan Sport Wrist HR ressemble à s’y méprendre à la Spartan Sport de la même marque. Mais elle cache en fait une amélioration considérable : elle est équipée du premier capteur de fréquence cardiaque optique de la compagnie Finlandaise.

Tout comme ses concurrents Garmin et Polar, Suunto a introduit le suivi de fréquence cardiaque sur ses montres. Leur technologie permet de fournir des données de qualité, ce qui pourra vous convaincre d’abandonner votre ceinture pectorale une bonne fois pour toute.

Certes, la Spartan Sport Wrist HR n’est pas donnée mais elle est tout de même moins chère que la Spartan Ultra. C’est aussi une option bien plus abordable que la Garmin Fenix 5, et une alternative à la Polar V800 qui se situe dans la même fourchette de prix.

Si vous envisagez d’acheter cette montre, c’est que vous recherchez un suivi de vos activités sportives au top et que vous désirez un produit qui combine les caractéristiques d’une montre intelligente et d’un tracker.

Est-ce que la Spartan Wrist HR fournit des données précises sur votre fréquence cardiaque ? Est-ce qu’elle compense les problèmes et les bugs que nous avons rencontrés lors de l’utilisation de la Spartan Sport ? Pour répondre à ces questions, nous avons testé la Suunto Wrist HR pendant plusieurs semaines.


Caractéristiques

Étanchéité : jusqu’à 100m de profondeur
Fonctionnalités : suivi 80 sports, suivi de fréquence cardiaque
Autonomie annoncée : 7 jours (en fonction de l’utilisation)
Meilleur prix : 357,63 € sur Amazon
Avis des utilisateurs : 


Design

Sans surprise, la Spartan Sport Wrist HR est un clone presque identique de la Sport. Cependant, il y a quelques petits détails qui les différencient.

Elle est toujours dotée de ce grand écran tactile circulaire, et de trois boutons physiques sur le côté ainsi que d’un bracelet en silicone. Elle offre aussi les mêmes caractéristiques d’étanchéité (jusqu’à 100 m sous l’eau), vous pouvez donc nager sans problème avec. L’un des changements les plus perceptibles est l’absence de la lunette en métal brossé, qui a été remplacée par une lunette en métal noir. Vous pouvez acheter une Wrist HR bleue, sakura (rose) ou noire avec des sangles interchangeable pour la personnaliser à votre goût. Nous trouvons cependant que le design de la montre manque un peu de caractère. Elle nous semble beaucoup moins stylée que la Garmin Fenix 5 par exemple.

Même si elle a presque la même taille que la Sport, elle est en fait un peu plus lourde (74g contre 70g) et plus épaisse (16,8mm contre 13,8mm), sans doute à cause de l’ajout du capteur de fréquence cardiaque. La montre reste cependant bien plus grosse que la majorité de ses concurrents. Pourtant, elle reste étonnamment légère et confortable à porter.

Une des caractéristique phare de cette montre est la résolution 320×300 de son écran tactile. Elle présente un excellent compromis entre la qualité d’affichage et la consommation d’énergie. Polar et Garmin ont ouvert la voix pour ce type de produit et ça n’est donc pas une si grande surprise de voir Suunto faire de même. L’écran manque peut-être un peu de netteté et de contraste, mais le rendu est tout de même excellent pour une montre de sport. Seul bémol : le délai de réponse de l’écran est un peu lent lorsque l’on fait un slide ou lorsqu’on appuie dessus.

Derrière la montre, on retrouve le fameux capteur de fréquence cardiaque. Suunto a choisi d’utiliser la technologie PerformTek de mesure biométrique, conçu par l’équipe de Valencell. C’est cette même compagnie qui fournit la technologie de suivi de fréquence cardiaque pour les casques de sport Jabra, Scosche Rhythm et les bracelets Atlas.

Voir aussi :

Suivi de sports

Cette montre sera parfaite pour vous si vous désirez observer un suivi précis de plusieurs activités. Elle propose en effet 80 sports référencés. Pour se faire, rien de plus simple : il suffit d’appuyer sur le bouton physique en haut de la montre pour passer au mode de sélection de l’exercice. On y retrouve notamment : le running, le running sur piste, le running sur tapis roulant, le cyclisme et la natation (en piscine ou à l’extérieur). Nous avons particulièrement aimé l’option triathlon et course d’obstacles.

Le signal GPS est très facile à retrouver pour les activités de running, il faut juste vous assurer que vous avez activé le support Glonass pour améliorer la qualité du suivi. Vous pouvez aussi activer la navigation avec un traçage en temps réel de votre trajet et vous pouvez mettre en place un entraînement fractionné. Nous l’avons testé avec les applications TomTom Spark 3 et Polar Beat iPhone et nous avons trouvé les résultats tout à fait satisfaisants. Si vous ne sélectionnez pas l’option GPS optimal, la montre va collecter des données GPS moins fréquemment. Nous avons trouvé une différence de 400m à 500m lorsque l’on active cette option.

Nous avons aussi testé la Wrist HR avec des activités de natation. Même si vous ne pouvez pas bénéficier du suivi de fréquence cardiaque dans l’eau, la Wrist HR enregistre très bien les sessions d’entraînement en piscine et fournit des distances précises ainsi que le nombre de longueurs.

Suunto a réalisé une prouesse pour son super mode de running sur tapis roulant, puisque la plupart des concurrents n’arrivent pas à fournir des données précises pour cette activité (en partie parce que l’on compte sur le capteur de mouvement pour enregistrer les distances parcourues). Comparée au Moov Now qui se porte à la cheville, les données fournies par la Wrist HR sont étonnamment précises.

On retrouve une très bonne répartition des données des entraînements précédents, y compris des graphes de fréquence cardiaque et de rythme. La montre vous aide aussi pour calculer vos temps de récupération grâce à vos données. Cela permet d’être sûr que vous soyez bien reposé avant de vous entraîner à nouveau.

La précision du suivi de fréquence cardiaque

C’est la fonctionnalité clé de ce produit. Suunto a décidé d’équiper ses montres de capteurs de fréquences cardiaques optiques pour fournir des données que peu d’autres modèles peuvent offrir pour le moment : des lectures précises de fréquence cardiaque. La compagnie reconnait pourtant que les capteurs portés directement sur la poitrine sont, à l’heure actuelle, les plus performants. La Wrist HR offre toujours l’option d’appairage avec une ceinture pectorale.

La Wrist HR offre de très bonnes performances. Elle a un degré de fiabilité comparable à la TomTom Spark 3. Comparée à cette dernière associée à la ceinture pectorale Polar H10, elle a fourni des données fiables. La déviation maximale de la fréquence cardiaque moyenne de la Wrist HR n’a pas dépassé 2 à 3 bpms comparée à la ceinture pectorale. Il en est de même pour la fréquence cardiaque maximale.

Nous devons aussi signaler qu’elle a affiché une valeur beaucoup trop haute de fréquence cardiaque maximale comparée à la ceinture pectorale. Cependant, la Spark 3 a bizarrement affiché une valeur similaire. Ce test a été effectué lors d’une course de haute intensité. C’est justement lors de ce genre d’entraînement que la plupart des capteurs de fréquence cardiaque optiques échouent. Pourtant, la Wrist HR a affiché des valeurs correctes pendant les autres courses de haute intensité que nous avons effectuées.

Nous ne sommes donc pas entièrement convaincus d’abandonner la ceinture pectorale pour le moment, mais la Wrist HR laisse certainement une meilleure impression comparée à ce que Garmin et les autres marques concurrentes ont à offrir.

Suivi d’une session de running de 10 km – 19 / 04 / 2017

Suunto Spartan Sport Wrist HR : fréquence cardiaque moyenne – 168 bpms, fréquence cardiaque maximale – 191 bpms

Polar H10 : fréquence cardiaque moyenne – 166 bpms, fréquence cardiaque maximale – 178 bpms

TomTom Spark 3 : fréquence cardiaque moyenne – 165 bpms, fréquence cardiaque maximale – 185 bpms

Suivi d’activité et notifications intelligentes

Mis à part le suivi des sports, la Suunto a suivi l’exemple de Garmin et Polar en transformant ses montres de sports en tracker de fitness. Vous pouvez compter vos pas et voir vos données quotidiennes et hebdomadaires. Vous avez aussi accès aux données concernant le nombre de calories brûlées et une nouvelle mise à jour du programme ajoute aussi le suivi de la fréquence cardiaque au repos. Vous pouvez toujours consulter les écrans d’entraînement, les données de récupération et la prise en compte des entraînements enregistrés.

C’est une approche un peu basique qui ne prend pas en considération les fonctionnalités de motivation que Garmin a intégré dans ses montres de sport. Suunto n’offre pas non plus de suivi du sommeil (même si dormir avec une si grosse montre nous semble compliqué). Les données sont ajoutées à l’application Movescount mais on sent que cette partie n’a pas été développé à 100%. Il y a certainement beaucoup à faire dans le domaine, surtout en ce qui concerne le suivi de la fréquence cardiaque au repos. Pour le moment, la Wrist HR n’offre rien d’innovant de ce côté.

La Wrist HR essaye aussi d’intégrer certaines fonctionnalités en vogue sur les montres intelligentes du moment. Pourtant, une chose simple comme la possibilité de lire de la musique est absente. Elle peut vous communiquer les notifications des applications natives et tierces, mais vous n’avez pas la possibilité d’interagir avec. Vous pouvez facilement visualiser les notifications, et vous pouvez même les faire défiler pour lire de longs messages sur le grand écran. Parfois, il est un peu difficile de les faire disparaître, surtout lorsque vous êtes au milieu de votre entraînement.

L’application Suunto Spartan Sport Wrist HR

Lorsque vous avez fini le suivi de vos activités, vous avez le choix entre l’application pour smartphone Suunto Movescount et l’application web. A noter que l’application mobile offre une expérience beaucoup plus simplifiée.

L’application mobile vous présente les données globales et votre historique d’entraînement. Vous pouvez visualiser des données encore plus détaillées comme les répartitions des sessions d’entraînement et les graphes qui présentent le rythme, la vitesse, la fréquence cardiaque et la cadence. Vous pouvez aussi y ajouter des photos, des étiquettes, des émoticônes et même partager une vidéo Suunto de vos sessions d’entraînement qui va collecter les données clés comme les moments où vous atteignez votre fréquence cardiaque maximale.

La version web de Movescount a bien plus de fonctionnalités à offrir. Pour commencer, il y a beaucoup plus de graphes qui vous permettent de visualiser les données de consommation d’énergie et les valeurs de VO2 estimées. On a accès à des cartes thermiques de running, de cyclisme et d’itinéraires. Si vous cherchez plus profondément, vous pouvez obtenir des aperçus sur les entraînements de la communauté et vous avez la possibilité de construire des programmes d’entraînement personnalisés.

Il est bien dommage que la plupart de ces fonctionnalités ne soient pas disponibles sur l’application mobile. Nous avons l’impression que Suunto (tout comme Polar) se trouve dans la même position que Garmin il y a quelques années : ils ont besoin de transformer leur application développée majoritairement pour le web en application mobile. La bonne nouvelle est que si vous n’êtes pas satisfait de la version mobile ou web de Movescount, vous avez la possibilité d’utiliser des applications tierces, y compris Strava.

L’autonomie de batterie

Comme pour la Suunto Sport, la performance de la batterie dépend de la fréquence d’utilisation du GPS. Si vous utilisez le GPS en mode haute précision alors il consommera plus d’énergie. Lorsque vous voulez faire le suivi d’une activité, vous pouvez régler la précision du GPS selon vos préférences. Vous pouvez augmenter l’autonomie de la batterie en augmentant l’intervalle entre les détections de positions du GPS. Si vous choisissez la meilleure performance, vous obtiendrez 8 heures d’autonomie. Pour une performance moyenne, comptez 12 heures.

Nous avons suivi quelques courses de deux heures avec la précision GPS maximale et la batterie a diminué d’environ 20%. Nous pouvons en conclure que les estimations de l’autonomie de la batterie sont fiables. Si vous l’utilisez en tant que simple montre intelligente, alors la batterie pourra facilement tenir pendant une semaine sans charge.

Pour la recharger, on utilise le même clip de chargement magnétique qu’on peut brancher derrière la montre. Cela prend moins d’une heure pour charger la batterie à 100%.

Les plus
Pleine à craquer de modes de suivi de sports
Facile à utiliser
Bonne performance du capteur de fréquence cardiaque

Les moins
L’application mobile ne présente pas le même degré de fonctionnalités que propose l’application web
Temps de réponse un peu lent de l’écran
Son volume est un peu trop grand et elle n’a pas la meilleure apparence

Votre avis sur l'article